Surdoués ? Super précoces? Qu’en est il des enfants HPI ?

A 3 ans, ils savent lire leur boîte de céréales. Ils sont aussi d’une impatience hallucinante. A quelques mois à peine, ils vous transpercent, vous, parents, de leur regard acéré…Surdoués, super précoces, qu’en est-il des enfants HPI ? Ces enfants à Haut Potentiel Intellectuel , ces “petits zèbres”, inquiètent autant qu’ils fascinent.

Il n’en reste pas moins qu’il faut bien se garder d’un jugement rapide. Certes il est flatteur pour les parents de se dire que leur enfant galère à l’école car l’enseignement plan plan et routinier l’ennuie. Les enfants surdoués en effet ont tendance à être incapables de se fixer sur une tâche…Cela étant, peut-être ne s’agit-il que d’une véritable difficulté d’apprentissage….

Comment évaluer ces enfants HPI ? Comment savoir si vos enfants sont surdoués ou juste précoces et très éveillés ? Ce dernier qualificatif serait largement logique dans une société où l’informatique accompagne les bambins dès leurs premiers balbutiements ! 

La douance : quelques chiffres et des précisions

Ils seraient environ 2,3% de surdoués en France. On les dit aussi précoces ou “ en avance”. Mais ceci supposerait qu’à un moment donné, ils pourraient être rattrapés par les autres petits. Or il n’en n’est rien !  Les enfants précoces ne sont donc pas des surdoués. Il faut distinguer les termes.

Les enfants surdoués ont un QI minimum de 130. C’est un chiffre choisi délibérément et qui reste stable à travers le temps. En Chine par exemple, le HQI commence à 140 . 

L’attention que l’on porte actuellement à la psychologie infantile est un facteur majeur dans la reconnaissance de la douance. Le milieu scolaire et les professionnels de l’enfance vont donc s’attacher de plus en plus à proposer à ces jeunes très différents dans leur capacité d’apprentissage, une approche adaptée. En effet, les enfants surdoués peuvent se retrouver en situation d’échec ! 

Quel est le profil des enfants surdoués ou HPI ?

Les neurosciences apportent déjà un élément de réponse. Il semblerait que le temps de sommeil paradoxal soit plus long, que “ la suractivation du cortex préfrontal dans certaines tâches sollicitant l’abstraction et la conceptualisation et une meilleure transmission de l’information entre les hémisphères cérébraux  seraient communes aux enfants à haut potentiel”. Les enfants surdoués ou HPI raisonnent par analogie et travaillent sur l’intuitif. 

Du coup, la logique ne joue pas vraiment de rôle dans l’apprentissage, rendant la progression scolaire éventuellement problématique. Les petits “génies” n’ont pas besoin de séquence d’apprentissage ! Ils sont non seulement alors incapables d’expliquer logiquement leur raisonnement mais en plus, ils s’ennuient vraiment lors d’explications inutiles pour eux. Leur mémoire est colossale et ils ne comprennent pas que celle des autres ne suive pas. 

Les enfants surdouées ou HPI vont haïr la répétition nécessaire à leurs camarades, mais qui manque de créativité à leurs yeux. 

Les jeunes surdoués risquent d’avoir du mal à développer des relations sociales harmonieuses. Cela risque aussi de les conduire à l’exclusion.  De plus, les enfants surdoués ou HPI seront difficile à déceler :  car bons dans certaines matières, ils seront mauvais dans d’autres !  Ils présenteront d’autres troubles comme la dysorthographie alors qu’ils sauront lire très jeunes. Leur hyper activité et leur impatience – ils ne saisissent pas la médiocrité – ne sera pas non plus une grande aide pour se sentir à l’aise dans un schéma classique ! 

Enfin, et ce n’est pas le moindre des problèmes, les enfants HPI sont super angoissés car leur intelligence acérée leur permet de poser des questions existentielles qui ne correspondent pas à leur maturité.

Que faire pour aider les enfants surdoués ou HPI en difficulté ?

Un point essentiel est d’abord d’identifier cette douance et de ne pas mettre trop la pression aux enfants concernés. Il est profitable par exemple de soutenir les efforts dans les matières, les domaines, où le jeune n’est pas à l’aise. Les relations sociales peuvent en faire partie. Des séances d’orthophonie peuvent être également les bienvenues. 

Pourquoi pas également accompagner son enfant dans ses dons ? Lui faire suivre une scolarité accélérée par exemple, le laisser trouver lui même ses activités ! Le laisser s’ennuyer ! L’aider aussi à canaliser son énergie.

 Inutile aussi de les culpabiliser vos petits génies si  ils perçoivent les incohérences des choses, films, histoires, avant vous ! Ne réprimez pas leur intelligence sous prétexte qu’ils pourraient se croire supérieurs !  Laissez les tranquilles ! Ils perdent facilement confiance en eux, ne les enfoncez pas ( de façon générale il est dangereux de ” rabaisser” les jeunes dans leur processus de maturation ) ! Enfin, peu ancrés dans la réalité, ils n’aiment pas vraiment les occupations pratiques ou le sport. Leur monde est très abstrait, laissez les y vivre…S’ils le souhaitent. 

En effet, les avis des psychologues sur ces jeunes au fort QI divergent clairement ! 

Surdoués ? Super précoces? Mythe ou réalité ?

Les débats font rage sur ce sujet brûlant. Les enfants surdoués, les enfants HPI ne sont clairement pas uniquement  des petits qui vont mal malgré les descriptions souvent angoissantes que l’on fait sur eux. Certes certains galèrent mais au final pas plus que les jeunes au QI plus restreint.

Alors comment expliquer ce décalage entre la vision largement développée des petits génies et la réalité de la situation de douance ? Tout simplement par le fait que l’hyper médiatisation pousse les parents de ces enfants HPI à rejoindre une structure quand leur progéniture a des problèmes ! Certains parents d’ailleurs créent ces problèmes eux-mêmes en stressant leurs enfants. Les “grosses têtes” mais qui le vivent bien et sont épanouis ( la majorité ) n’ont besoin d’aucune aide ! Pourquoi aller voir un psy dans ces conditions ? Pourquoi chercher à se faire remarquer alors que tout va bien ?

Pour conclure, que votre enfant soit précoce, très éveillé ou surdoué, l’essentiel est de tenir compte de ses besoins spécifiques avant de vous interroger sur la pertinence des évaluations intellectuelles.   En effet, chaque enfant est unique et doit donc se voir proposer une éducation adaptée à sa psychologie, à ses difficultés, à ses dons, à ses besoins ! 

 Qu’il soit HPI ou normal, précoce ou très lent, c’est avant tout un enfant à qui vous devez donner de l’attention et de l’ amour. En restant à son écoute, vous en ferez un adulte épanoui et responsable. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *