Squid Games et jeune public : danger, divertissement ?

On en a tous entendu parler ! C’est le plus gros démarrage sur Netflix : la série coréenne Squid Games ! Sorti en Septembre 2021, le “jeu de la pieuvre” ( Squid Games ) est devenu un phénomène planétaire ( 111 millions de foyers abonnés en dix-sept jours).  Squid Games, un jeu particulièrement violent, touche un public jeune : il connaît des records d’audience auprès des adolescents ou des écoliers. Le plus jeune spectateur a en effet 3 ans ! Alors Squid Games représente-il un danger pour ce public ou un simple divertissement ?

Cette série est “interdite aux moins de 16 ans”….Mais actuellement, il y a bien des moyens de transgresser ces interdictions. La série Squid Game est à encadrer lors de son visionnage, puisqu’il semble difficile de l’empêcher.

Squid Games : le scénario

La série a été conçue par le réalisateur sud-coréen Hwang Dong-hyeok et présente les désespérés de la société coréenne. Squid Games a donc vraiment un contexte social ciblé. C’est une critique de la vie en Corée. Les joueurs mis en scène sont criblés de dettes. Les participants viennent de tous les milieux sociaux. 

 Ils rejoignent le jeu pour essayer de survivre financièrement  : en effet le vainqueur recevra la somme de 34 millions d’euros ! Jolie somme en effet, mais va-t-elle justifier la mort des autres participants ? De fait, les perdants sont abattus ou meurent dans les challenges du jeu…De plus, l’appât de la réussite va pousser les joueurs à s’entretuer ( la nuit par exemple ) en dehors des épreuves. Les divers épisodes de Squid Games vont donc dévoiler les facettes les plus sombres de l’humain.

Ne croyons pas pour autant que les participants sont contraints de finir le jeu, une fois les épreuves lancées ! Pas du tout ! A l’issue du premier jeu, les participants décident, à la majorité, de mettre fin à ce massacre et de quitter Squid Games. Or, ils y retourneront tous, ou presque, de leur plein gré…

Pourquoi ce succès de Squid Games auprès du jeune public ?

La série repose sur des jeux d’enfants ! En effet, les premières scènes montrent des petits en train de jouer au jeu de la pieuvre, un genre de marelle…Ce sera le fil conducteur de toutes les épreuves : les jeux d’enfants. Un univers qui parle à n’importe quel junior. Un univers qui rappelle aussi de bons souvenirs aux plus grands !

  • Les enfants imitent normalement ce qui les intéresse : la première épreuve, par un escalier aux couleurs de bonbons conduit à une cours de récréation. Les adultes vont y jouer à “1,2,3 soleil” ! (sauf que là,  la mort sera la punition de ceux qui se feront prendre). Les enfants vont donc se reconnaître dans ce style d’amusement et surtout les plus jeunes. Tout le monde a pratiqué “1,2,3 Soleil” ! (Les autres jeux proposés seront ceux de la corde ou les billes)…L’univers mis en scène est intéressant par ses couleurs enfantines et ses constructions : on s’y projette facilement à 10 ans et les petits peuvent facilement s’immerger dans cette ambiance  ! A cet âge, il est parfois difficile de prendre du recul et de dissocier jeu et réalité.
  • Ensuite, le suspens est réel dans les épisodes ! Les adolescents et le plus jeune public adorent.
  • Ils vont aussi s’attacher aux personnages, les deux jeunes filles, le héros, le vieux monsieur, l’indien…et auront envie de les suivre jusqu’à…leur mort ou leur réussite, passant outre les étapes qui y conduisent.
  • Squid Games fédère le jeune public : du coup, les jeunes discutent entre eux à la récréation par exemple, du sort réservé à leurs joueurs favoris. C’est important à cet âge de partager. ..Ils excluent ceux, bannis d’un visionnage car trop jeunes. Le résultat ? Ils vont les inciter à désobéir ! Hors de question pour un élève d’être éjecté par les autres ! Et il est tellement facile de récupérer tout ce que l’on veut sur son smartphone ! (Via Tik Tok par exemple) Comment voulez-vous, vous, parents, faire le poids face à cette motivation et à cette pression ???
  • Les enfants se lancent des défis à travers les Réseaux Sociaux : ils doivent par exemple reproduire sur TIk Tok des scènes de la série : le nid d’abeille ou les cookies.
  • La violence est de toute façon hyper présente chez les jeunes, ils y sont absolument habitués. En témoignent les jeux vidéos, accessibles à tout un chacun sur son smartphone ainsi que le metavers à la Facebook ! La violence banalisée devient normale. De plus, n’oublions pas que la capacité à développer un sens critique n’intervient que tard, même chez les adolescents, voire chez certains adultes. En témoigne le nombre important de “grandes personnes” qui ressentent un vrai malaise face à la série Squid Games.

Squid Games : prévenir du danger et encadrer le jeune public

Dans la mesure où il est vraiment difficile de contrôler l’univers numérique des enfants, même des petits, la meilleure solution est comme toujours l’anticipation et la discussion !

En France et en Belgique des incidents regrettables ont vus le jour : les perdants de “1,2,3 Soleil” reçoivent de violents coups de fouet pour les punir !  Le corps enseignant a réagi et a lancé une note d’information expliquant les dérives de cette pratique et a su sensibiliser. Squid Games peut menacer le jeune public et le danger est bien présent.

L’ Education Nationale a fait parvenir aux établissements scolaires un message : il est nécessaire que tous les enseignants restent particulièrement attentifs dans les cours de récréation ! La violence s’immisce partout et existe déjà de fait dans certains jeux ultra dangereux, comme le foulard !

Il est difficile pour les parents de jeunes d’interdire. La solution ? Voir les séries avec ses enfants pour expliquer aussi la différence entre réalité et monde virtuel. Il est vraiment primordial d’instaurer un climat de confiance entre parents et enfants. Il faut pouvoir clarifier et situer toutes les actions pour dédramatiser. Beaucoup de parents affirment aussi préférer que leur progéniture regarde Squid Games plutôt que de s’abrutir devant les “Marseillais” ou de la pornographie ! Il est bien clair que le danger n’est pas le même mais n’est vraiment pas moindre. Pas de laxisme si on veut pouvoir protéger les petits et le jeune public ! Or de plus en plus de parents en font preuve.

Pourquoi ne pas demander aussi aux plus grands, à ceux qui sont plus responsables, d’éduquer les petits et de les informer des possibles dérapages ? Le message passe souvent mieux entre jeunes que venant d’adultes ! Ce n’est pas la panacée mais peut présenter une bonne piste.

Squid Games, jeune public entre danger et divertissement : conclusion

Oui,  Il faut rester vigilant car la rapidité d’information joue vraiment en defaveur du contrôle parental ou scolaire. Les réseaux sociaux propagent à une vitesse incontrôlable des informations : un challenge proposé sur un réseau social, et le feu est mis aux poudres….

Cela étant, visionnée avec intelligence, la série Squid Games est aussi informative, intéressante et vraiment dans la lignée de toutes les émissions coréennes…Avis aux amateurs de productions du pays du matin calme.

De vrais jeux Squid Games sont organisés de par le monde mais avec des gains bien plus modestes et sans mise à mort des participants. La récompense financière changera la vie des heureux vainqueurs ! C’est dire quand même l’impact, l’ampleur, l’engouement de cette série sur le monde entier ! En France, un pop-store proposant le jeu Squid Games en salle, a vu ses fans se battre à l’ouverture, obligeant la police à intervenir. La salle ne rouvrira pas. La violence suscitée par le jeu de la pieuvre ne concerne donc pas que les cours de récré. Squid Games peut donc vraiment être un danger ou un divertissement quel que soit le public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.