Comment faire preuve d’autorité en toute bienveillance ?

L’autorité bienveillante permet de guider l’enfant

L’autorité qu’est-ce que c’est ? C’est la capacité de se faire obéir, de commander. Il s’agit bien entendu de ne pas l’imposer de manière dictatoriale, de ne pas intimider. Nous dirons qu’il faut plutôt faire preuve d’autorité avec bienveillance.

Quels sont les fondements de l’autorité vis-à-vis de nos enfants?

Les règles que l’on va décider de faire suivre à ses enfants doivent dans tous les cas être légitimes. L’autorité finalement provient de nos actes : quand on fait une demande à un enfant, il est important qu’il obéisse. Si ça n’est pas le cas, il est nécessaire de lui expliquer pourquoi on lui demande (sans rentrer dans de longues explications). L’autorité bienveillante va crédibiliser la demande.

Le menacer, ou crier ne sera pas la solution. Ces deux attitudes pourraient l’amener à copier ses parents.
Il risque de penser que ce sera la façon d’obtenir ce qu’il veut et se conditionner à ce genre de fonctionnement.

Le compromis est une solution à mettre en place et qui peut aider à faire appliquer les règles. Ainsi, il est intéressant d’être dans une relation gagnant-gagnant. Attention, au piège! C’est au parent de poser les conditions et le cadre de la négociation.

Trouver un pacte gagnant-gagnant

Par exemple :
Si le parent demande à son enfant de ranger sa chambre et que celui-ci s’y oppose, il faudra trouver un pacte gagnant-gagnant. Si l’enfant refuse sous prétexte qu’il y a trop à ranger, on peut lui proposer de ranger une partie aujourd’hui par exemple et l’autre partie demain. Ainsi, il rangera sa chambre, certes en plusieurs fois mais l’essentiel est qu’elle le soit. L’autorité bienveillante c’est aussi accepter de s’adapter pour un résultat progressif. Il fait un pacte de confiance avec l’enfant. Cela le responsabilise.
Essayez ! Ça marche très bien !

L’encourager à avoir des attitudes positives, lui permettra de se sentir valorisé, et encouragé dans des réactions positives. Il prendra alors conscience qu’un comportement positif est plus efficace que d’être dans la confrontation puis la frustration d’une punition.
Il faut lui proposer des alternatives positives, qui lui permettent de penser qu’il a le choix à des issues favorables. Par exemple, « Dès que tu auras rangé tes affaires, je jouerai avec toi ».

Le parent ne devra pas encourager le chantage pour se faire obéir!

Mais attention à ne pas encourager des comportements qui fonctionneraient grâce aux récompenses ou sanctions ! Voici quelques explications.

Un enfant a de mauvaises notes, les parents décident d’être très présent pour les devoirs et d’assortir les notes à des récompenses. Mais il peut justement faire exprès d’avoir de mauvaises notes, pour avoir des parents plus attentifs. Il peut se sentir alors au centre de l’attention de ses parents et apprécier cette situation. L’enfant risque de devenir le maître chanteur de ses parents !

Il peut également arriver que l’enfant souhaite la sanction.
Par exemple, vous le privez de sortie suite à une bêtise et lui demandez de rester dans sa chambre. Mais peut-être est-il content de ne pas sortir, pour pouvoir s’isoler et bavarder sur mobile avec ses copains !

a Il peut également arriver que le parent sanctionne l’enfant, culpabilise et du coup compense la sanction. Mais cette réaction n’est pas toujours consciente, il est donc important de prendre du recul et de recenser toutes les réactions que l’on a de ce type. Le parent ne doit pas oublier: l’autorité bienveillante est essentielle

Modifier son comportement éducatif prend du temps

Les comportements des parents comme des enfants, ancrés depuis un certain temps ne disparaitront pas du jour au lendemain. Il faudra alors du temps. Ce dernier peut d’ailleurs vous faire passer par des moments très difficiles, il faudra alors apprendre à résister ! Ne culpabilisez pas ! Maintenez la sanction tout en prenant garde à ce qu’il n’en tire satisfaction !

S’il n’existe évidemment pas de recette magique, il faut retenir que les explications, quant au pourquoi on applique telle ou telle règle, sont fondamentales. Elles légitiment l’autorité dont nous faisons preuve et devraient éviter que le parent se retrouve dans une situation de chantage à la récompense. L’autorité est alors légitime et bienveillante !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *