7 conseils pour développer l’esprit critique des enfants

“S’exposer à la chaleur fait disparaître le coronavirus”, “le professeur Raoult part en Chine !”, “retiens ta respiration 10 secondes pour savoir si tu es contaminé “…Voici un petit “best of” des fake news les plus répandues sur les réseaux sociaux  ces derniers mois ! On a vu aussi fleurir sur le web des vidéos mettant en scène de fausses déclarations de la vraie voix du président des USA. Ces informations erronées deviennent monnaie courante sur la toile. Il est urgent de réagir ! Comment développer l’esprit critique des enfants face à cet assaut d’infox bien ficelées ?

Ces contenus visuels, audio, écrits, qui circulent sur Facebook, Snap représentent un vrai danger pour nos enfants, nos ado et nos jeunes. Ces derniers sont en effet à une période charnière de leur vie où leur jugement se forme.  Ils commencent à se faire leur opinion propre sur leur place dans la société. 

Réalité ou mensonge ? C’est un vrai défi pour ce groupe social ultra vulnérable, les plus jeunes, que de savoir faire la part des choses.

Chiffres clé et typologie des manipulations médiatiques

Plus de 50% des enfants et des jeunes s’informent via les réseaux sociaux, 48 millions de bots gèrent des comptes Twitter ! En clair, ce ne sont pas des personnes physiques qui vous suivent ou répondent à vos messages. Une étude de l’Institut Reuters souligne que pour 28% des 18-24 ans à travers le monde, Facebook est la principale, voire la seule source d’informations ! Développer son esprit critique pour un enfant et être capable de s’y retrouver dans cette jungle devient alors un vrai casse tête !

Des titres attractifs séduisent les enfants qui cliquent pour connaitre une histoire annoncée comme étant “ merveilleuse, incroyable”…( clickbaiting, générateur d’énormes profits publicitaires  ) ou pour répondre à un test bien ciblé: “quel personnage de Games of Thrône es-tu ?”. 

Ils sont ensuite piégés par les fake news, soi-disant informatives, les hoax, des “blagues” parfois dangereuses pour leur santé. C’est le cas du “ Blue Whale Challenge“.

Comment un enfant de 12 ans, serait-il ensuite capable de comprendre que les articles extraits du Gorafi ne sont que satiriques ? Que Charlie Hebdo est à prendre au second degré ?

Plus l’enfant manque de curiosité, ( son entourage familial est souvent responsable ) plus il va prendre pour argent comptant tout ce que le web lui fournit comme nourriture. Ces infos, ne l’oublions pas, s’obtiennent en un simple clic sur smartphone ! Développer son sens critique ensuite n’est pas chose aisée !

Comment les fausses informations affectent-elles les jeunes ?

Une préoccupation majeure est actuellement pointée du doigts. Il s’agit de de comprendre comment les fausses nouvelles peuvent se transformer en un fait avéré, uniquement par le biais d’une confirmation de masse. Partager avec des amis rassure les ado sur leur vision du monde. D’un point de vue psychologique, enfants et jeunes se sentent valorisés, acceptés et reconnus quand leur nombre de likes augmentent. De fait, la vérité (des informations dignes de confiance) devient d’une importance secondaire, ce qui prime c’est la notoriété. Ceux qui l’ont acquise deviennent alors des références pour les autres enfants, et les jeunes en général.

D’autre part, les géants de la technologie ont conçu des algorithmes qui personnalisent les sujets en fonction des résultats de recherche de chaque utilisateur. Cela signifie donc que cette ‘expérience utilisateur ‘ se limite à une gamme étroite grâce à une bulle de filtre. Ce filtre isole les sujets régulièrement consultés ! Il les met plus en valeur. En conséquence,  cette info ciblée peut avoir un impact néfaste sur les adolescents. Les plus jeunes et les enfants n’ont pas en effet encore une vision du monde développée et un réel esprit critique.

Comment développer l’esprit critique des enfants ?

  • Apprenez à vos enfants comment les infos se mettent en place sur Internet. Expliquez leur que certaines sont mises en ligne pour se moquer. Démontez avec eux la technique : reprenons l’exemple du Gorafi et  de ses articles qui reprennent parfaitement les codes journalistiques pour présenter de vraies news de manière décalée.
  • L’esprit critique des enfants se développe en lisant. Or de nombreuses personnes partagent sur les réseaux des histoires qu’elles ne lisent pas du tout. Encouragez les enfants à lire au-delà du titre. S’ils repèrent quelque chose de douteux, qu’ils réfléchissent ou en parlent ( avec vous par exemple ) plutôt que de partager aveuglément. Qu’ils cherchent ailleurs sur le web si ces infos sont relayées ou pas. Qu’ils comparent les rédactions des textes !
  • Partagez des moyens simples et rapides de vérifier la fiabilité des informations. Cela va passer par une recherche pour vérifier l’identité de l’auteur et sa crédibilité. Cela permettra ainsi de voir si les informations sont disponibles sur des sites réputés et reconnus. Faites utiliser à vos enfants les pages permettant de checker la véracité des infos lues et collectées. Il existe en effet des sites collaboratifs pour lutter contre la désinformation. Sinon mentionnez Decodex, super base de données qui va répertorier le degré de fiabilité des infos.
  • Expliquez aussi le principe du spam et des fausses publicités : trop beau, trop ciblé..Trop tout…
  • Expliquez à votre enfant comment analyser l’image qui accompagne le texte pour développer son sens critique. Les jeunes adorent normalement ce genre d’exercice !
  • Apprenez lui aussi à bien vérifier les URL  : sont -elles crédibles ? Les extensions saines en effet se font en .com, .fr…Si une URL a une extension étrange, on laisse de côté !
  • Attirez enfin son attention aussi sur les mauvaises typographies, les signes étranges dans un article. C’est la signature d’un travail peu digne de foi !

Pour conclure, il revient aux parents d’aiguiser l’esprit critique des enfants. Apprenez leur à douter de tout ce qu’ils peuvent voir et entendre, à comparer, à analyser ! Ils savent le faire, vos enfants, eux qui épluchent les 200 avis sur les sites avant d’acheter leur nouvelle console !  

Discutez avec eux de façon ouverte ! Proposez leur des activités qui les obligent à mettre en place une stratégie et une vraie réflexion. Développez leur autonomie, en bref, préparez les à être des adultes responsables et des citoyens actifs.

Voici le mot de la fin ! N’oubliez pas non plus, que même si les enfants manquent parfois de recul face aux infox, ce sont nos seniors qui partagent la majorité d’entre elles ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *